Loading

wait a moment

Comment devenir bon en anglais ?

L’anglais est la 3ème langue la plus parlée dans le monde. Sa dimension universelle est telle qu’elle s’impose comme essentielle pour des considérations professionnelles, culturelles et sociales. Or, les français sont considérés comme de mauvais élèves pour l’apprentissage des langues étrangères, l’anglais ne faisant pas exception. Voici 5 conseils pour enfin manier la langue de Shakespeare avec brio.

Être assidu en cours

L’anglais est la langue vivante étrangère privilégiée dans les écoles françaises, et ce dès la fin du cycle primaire, soit la classe de CM2. On parle du niveau A1, celui qui initie l’élève à l’univers vernaculaire anglo-saxon. Malgré la difficulté de composer avec l’intérêt de chaque élève, selon les différents caractères et personnalités, un bon niveau en anglais se définit par une assiduité aux différents cours d’anglais qui suivront tout le parcours scolaire. Les bases d’une langue — telles que la grammaire et la syntaxe — sont apprises relativement tôt, au moment où la mémoire est la plus effective. L’élève, s’il veut progresser, devra consacrer une attention particulière à la matière pour assimiler les fondations essentielles de la langue.

Visionner des contenus en version originale

Pour les cinéphiles et les friands de séries, une bonne solution est de regarder les programmes en version originale sous-titrée. Le ludisme est un puissant catalyseur capable de miracles. Tout cet univers de fiction attractif regorge d’un vocabulaire qui sera utile et appris facilement par l’élève, en plus de déployer un mimétisme idéal qui l’incitera à réutiliser des phrases au cours d’échanges. Le cas d’internet est également éloquent. Effectivement, la technologie du web étant de plus en plus maîtrisée et arpentée, l’élève pourra choisir de consacrer du temps à des plateformes anglophones édifiantes comme des chaînes Youtube.

Lire des œuvres en langue originale

La lecture d’œuvres en langue originale est inévitable. La littérature anglaise est riche et célèbre : Shakespeare, Lord Byron, Mary Shelley, Lewis Carroll, Robert Louis Stevenson, Charles Dickens, Jane Austen, Emily Brontë, Oscar Wilde, J.R.R Tolkien, Virginia Woolf, George Orwell, J.K Rowling ; qu’ils soient exigeants ou accessibles, ces auteurs incarnent un vivier linguistique florissant exemplaire pour apprendre l’anglais. La curiosité reste un atout indéniable pour faire rayonner son savoir par l’intermédiaire de la lecture. Un bon dictionnaire, de la patience, et des réflexes de notation seront bienvenus pour solidifier vos connaissances.

Faire appel à un professeur particulier

Le choix d’un professeur particulier en cas de difficultés ou de retard handicapant est recommandé pour rehausser votre niveau et vous donner toutes les chances d’accéder au rang des bilingues. Ce dernier saura actualiser et conforter vos acquis tout en comblant vos déficits linguistiques. Faire appel à un professeur est généralement lié à un retard certain qui renvoie à des faiblesses rudimentaires. En cas d’insuffisance financière, un proche acclimaté à la langue anglaise peut servir de compromis non négligeable.

Passer le TOEFL et le TOEIC

Afin de consolider vos acquis, il est conseillé de passer des tests d’évaluation de langue anglaise. Le TOEFL, réservé aux étudiants pour étudier à l’étranger et valider un niveau d’anglais, et le TOEIC réservé aux professionnels pour valoriser un CV et travailler à l’étranger, sont tout indiqués. Reconnus à l’international, ces certificats garantissent votre niveau n’importe où dans le monde et vous conforteront dans votre apprentissage.

Voyager pour pratiquer

Afin de rendre hommage au célèbre adage concernant ce fameux forgeron, l’ultime étape de votre apprentissage concerne la pratique. Rien n’est plus efficace que de parler l’anglais et de s’immerger dans une culture pour absorber telle une éponge les variations, les spécificités d’une langue. Sans s’en rendre compte, à force de côtoyer des anglophones, le cerveau produira un réflexe linguistique qui développera de manière exponentielle sa capacité d’apprentissage. En amont d’un voyage linguistique, il sera bon de cultiver votre curiosité et de tâter le terrain en allant discuter avec des étudiants anglais ou américains Erasmus, ou des stagiaires étrangers de votre entreprise.

Avec de telles pratiques, un niveau minimum B2 est atteignable avec certitude. Bon apprentissage !